Get Adobe Flash player
 

 

Orchestre Bernard Thomas - Violon : Jean-Jacques Kantorow

Le Chevalier de Saint-Georges Concertos pour violon

1976
Le Chevalier de Saint-Georges



Review

Enregistré en studio en 1974 et 1976

Le compositeur

     L'une des plus romanesques figures de cette seconde moitié du XVIII- siècle, Joseph Boulogne, chevalier de Saint-Georges. ajoutait à sa séduction naturelle l'attrait piquant (et diversement apprécié) d'être mulâtre.

     Les contemporains du brillant violoniste s'accordent pour vanter l'élégance, la pureté, l'expression de son jeu, son talent  "moelleux" (adjectif qui revient sous bien des plumes), "Sa supériorité sur le violon", ajoute un chroniqueur, lui faisait quelquefois donner la préférence sur les plus habiles artistes de son temps".

   Après une exécution en concert d'une belle symphonie concertante pour deux violons de Saint-Georges, on entendit la réflexion suivante : "Il est influencé par Mozart". Pour rétablir la vérité, il faut préciser que Saint-Georges reste, on l'oublie trop aujourd'hui, l'un des principaux représentants de l'esthétique française de la symphonie concertante et du concerto pour violon et que c'est au contraire Mozart, avec la prodigieuse faculté d'assimilation de son génie, qui fera passer dans ses propres concertos pour violon et son admirable symphonie concertante pour violon et alto, la quintessence de ce que lui ont apporté les oeuvres des violonistes parisiens, influencés par l'école de Mannheim, lors de son second séjour dans la capitale française, en 1778.

    Quoi qu'il en soit, l'aristocratique vigueur de l'invention de Saint-Georges, sa souplesse et sa variété aussi, en font un musicien d'un esprit très proche de Mozart, toutes proportions gardées. Le chevalier de Saint-Georges montra à son temps qu'il avait beaucoup de talents mais une seule passion : la Musique.

    Une telle grâce, une telle richesse d'invention justifient l'enthousiasme du contemporain qui plaça sous le portait gravé du musicien, publié à Londres en 1788, ces vers élogieux :

 "Dans les armes jamais on ne vit son rival,
Musicien charmant, compositeur habile.
A la nage, au patin, à la chasse, à cheval.
Tout exercice enfin pour lui semble facile.
Et dans tout il découvre un mode original."